Accueil Présentation Collections 900 photos Photos hebdo Lieux Personnages

 

Photographie de la deuxième semaine de mars 2013

Éléphant de sang en graf

 


Éléphant en graf - © Norbert Pousseur

... rouge éléphant sur les murs de la ville ...       Photographie Norbert Pousseur


Série précédente : Roses pour une fête de la St Valentin Autres photos ci-dessous
Vers la présentation des photographies hebdomadaires
Autres photos en bas Série suivante : Modeste fleur de Muscari à grappe

Riga - 2013 - Num 21 Mpx - 5d2d2_3557


 

Depuis quelques mois un fait divers soulève l'indignation des défenseurs des animaux : deux assez vieux éléphants nommés Baby et Népal devaient être euthanasiés, soupçonnés d'être porteur de tuberculose. Leur sort est actuellement en suspens, après intervention jusqu'au sommet de l'état.
( lire le suivi de l'affaire sur le blog 'Animal on est mal' ).

Cet éléphant rouge-sang pourrait en être le symbole.
Il s'agit d'un graf en affichettes collées, oeuvre d'un artiste letton dont la seule signature est cette mitraillette-parlophone, symbole que l'on rencontre dans plusieurs endroits de Riga (si l'auteur veut se faire je le citerai volontiers).

Cet éléphant pourrait être aussi le symbole de la déclarations que viennent de faire des ONG lors de la Convention sur le Commerce international des espèces menacées :
" La Communauté internationale a échoué à protéger les éléphants ", certains craignant que les éléphants d'Afrique disparaisent d'ici dix ans. (lire l'article du Monde)

 

 

Et pour compléter quelques clins d'oeil historiques.


Gargouille monumentale - reproduction par  © Norbert Pousseur
Éléphant - Gargouille
Le Magasin pittoresque - 1841


 

Ce qu'on en disait en 1690 dans le dictionnaire de Furetière :

ELEPHANT. S. m. Le plus gros, le plus fort & le plus spirituel des animaux terrestres à quatre pieds. Il a peu de poil, semblable à celui des buffles, aussi-bien que son cuir, qui est noir, épais & dur à percer, quoi qu’on le sente doux au toucher. Il a la tête grosse, le col court, les oreilles larges de deux palmes. Son nez, qu'on appelle sa trompe, est long & creux comme une grosse trompette, & il lui sert de main. Il est fait d’un gros cartilage qui lui pend entre les dents. Son pied est rond, large de deux ou trois palmes, tout couvert de durillons, & a cinq ongles semblables aux coquilles de St. Michel; & sa queue est faite comme celle des buffles, de trois palmes de long. De son simple pas il atteint les hommes qui courent, & il fait trois milles par heure. Il a le pied si sur, qu’il ne fait jamais un faux pas, & il est: bon à passer les montagnes. Il nage mieux qu’aucun autre animal que ce soit, & il se couche et il se lève avec la même facilité que font les autres bêtes, contre l’opinion des Anciens, qui ont cru qu’il n’avait point de jointures. On l'enchaîne par le pied de derrière, & on l’attache à un arbre, ou à quelque chose qui ne soit pas difficile à ébranler. On fait combattre quelquefois les éléphants, qui se heurtent de leurs dents comme les taureaux de leurs cornes. D’un coup de trompe ils tuent un chameau ou un cheval. Il vit à la campagne de feuilles & de fruits. Il ne peut endurer ni bride, ni arrêt; il ne laisse pas d’obéir à ses gouverneurs, dont il entend le langage. Les Auteurs en content plusieurs merveilles, la plupart fabuleuses, jusque là qu’on dit que si on lui commande de faire peur à quelques-uns, il court vers lui en fureur comme s’il le voulait mettre en pièces; & lorsqu’il en est proche, il s'arrête tout court sans lui faire du mal. Cardan dit que les dents d'éléphant se peuvent amollir & étendre comme les cornes de bœuf: mais ce secret est à présent inconnu.

On prend les éléphants en les faisant tomber dans des pièges ou creux couverts de claies & d’un peu de terre. Mais s’ils en sont échappés une fois, ils arrachent une branche avec leur trompe, & sondent le terrain, pour voir s’il est ferme. On les prend aussi avec des barricades faites dans des lieux étroits, où il y a une femelle en chaleur qui les appelle. Elle se couche sur le dos pour les attendre, contre la nature des autres animaux, & se prépare pour cela un chevet de feuilles & de branches d’arbres élevé de quatre ou cinq pieds. Ils ne couvrent jamais leurs semelles en quelque chaleur qu’ils soient, tant qu’ils voient quelqu'un. Elles portent un an. Quand ils sont pris une fois, ils ne touchent plus à la femelle. Ils entrent pourtant quelquefois en chaleur, & alors ils font si furieux, qu’ils ne s'arrêtent point qu’ils n’aient sacrifié quelqu’un à leur furie, ou si on ne leur présenté du feu d’artifice, après quoi ils sont fort traitables. Ils vivent quelquefois cent ou six vingts ans, & croissent jusqu'à trente. Leurs défenses sont l’ivoire qu’on voit par deçà. On en a vu de la longueur d’une toise, & grosses comme la cuisse: & quoique les éléphants soient fort communs dans l’Inde, on ne laisse pas de vendre les beaux quatre ou cinq mille écus. On a vu des éléphants hauts de treize ou de quinze pieds.
Ceux de Ceylan sont les plus petits, mais les plus estimés; & les autres, de quelque pays qu’ils soient, par un instinct de nature leur font la révérence. Cet animal a autant de honte & de ressentiment du châtiment, que les hommes.
Le Roy d’Achem leur fait faire bien des honneurs, leur fait porter des parasols, que les hommes n’osent porter; il les marie en cérémonie avec leurs femelles; & quand il est en colère contre eux, il leur ôte tous ces honneurs, dont ils sont extrêmement fâchés.
Ceux de Bengale adorent un éléphant blanc, qui est si rare, qu’ils l'estiment une chose sainte. Les Rois Indiens ont donné souvent de sanglantes batailles pour les posséder. On dit qu’il ne s'en trouve qu’au Royaume de Siam; & que les Rois de ce pays-là les ont longtemps traités, comme ils auraient fait quelques Princes de leurs voisins qui seraient venus en leur Cour.

Mr. de Choisy dit dans sa Relation, qu’il a vu dans la seconde cour du Palais du Roy de Siam ce fameux éléphant blanc qui a coûté la vie à cinq ou six cent mille hommes pendant les guerres de ce Roy avec Celui de Pegou (région de Birmanie). Il dit qu’il est assez grand, fort vieux & ridé, & a les yeux plissés. Il y a toujours auprès de lui quatre Mandarins avec des éventails pour le rafraîchir, des feuillages pour chasser les mouches, & des parasols pour le garantir du soleil, quand il se promène; qu’on ne le sert qu’en vaisselle d’or, & qu’il a vu devant lui deux vases d’or, l’un pour boire, & l’autre pour manger. On lui donne de l’eau gardée depuis six mois, la plus vieille étant la plus saine. On dit qu’il y a un petit éléphant tout prêt à succéder au vieillard, quand il viendra à mourir. Il dit aussi qu’il y a un Éléphant Prince, qui est le plus grand & le plus spirituel de tous les éléphants, qui est celui que le Roy monte. Il est fier & indomptable à tout autre; & quand le Roy parait, il se met à genoux. (lire la suite, tirée d'un autre ouvrage, ci-dessous)

Peyrard dit avoir vu porter à un éléphant avec ses dents deux canons de fonte attachés ensemble avec des cables, pesant chacun trois mille livres, l'espace de cinq cent pas. L'éléphant sert à la guerre, & il porte une pièce d’artillerie de fer de six pieds de long avec son affût, qui porte un boulet d’une livre. Il faut bien cent livres de riz à chaque éléphant par jour pour le nourrir. On en fait des pelotes avec du beurre & du sucre.
Le cri de l'éléphant s’appelle barrit.
Il y a aussi un éléphant de mer décrit par Boëtius en ses Relations d’Ecosse, mais d’une manière qui est tout à fait fabuleuse.

 


L'éléphant blanc du Siam
Le Magasin pittoresque 1840

Éléphant blanc du Siam - reproduction par  © Norbert Pousseur
Éléphant blanc du Siam
The Magasin pittoresque - 1840

Légende d'origine de la gravure : « Xe-Kiam, chef des Bonzes, est le Xaca des Japonais. On dit que sa mère, ayant vu un éléphant blanc, porta son fils dix-neuf ans et mourut pendant l’enfantement. Son fils crut devoir se retirer du monde pour faire pénitence: il étudia sous quatre maîtres et enseigna quarante-neuf ans. Il entra dans la Chine soixante-trois ans après la naissance de J. -C. »

.../... Dans un autre passage, l’abbé rapporte en ces termes la cause et les suites des guerres de Pégou :
« Le roi de Pégou ayant appris que le roi de Siam avait sept éléphants blancs, lui en envoya demander un : on refusa net. Il renvoya, et menaça de le venir quérir lui-même à la tête de 2 OOO OOO hommes : on se moqua de ses menaces. Il vint, assiégea longtemps la ville de Siam, la força, n’entra pourtant pas dans le palais du roi, fit dresser deux théâtres égaux à la porte du palais, l’un pour lui et l’autre pour le roi de Siam; et là, en grande cérémonie, fit des demandes qui étaient autant de commandements. Il demanda d’abord six éléphants blancs qui lui furent livrés. Il dit avec beaucoup d’affection au roi de Siam qu’il aimait son second fils, et qu’il le priait de le lui mettre entre les mains pour avoir soin de son éducation. Ainsi, avec beaucoup de civilité, il prit tout ce qu’il voulut, et retourna à Pégou avec des richesses immenses et un nombre infini d’esclaves. Il ne toucha point aux pagodes, parce que la religion des Siamois et celle de Pégou est la même: seulement un de ses soldats étant entré dans les pagodes du roi, coupa une main de la grande statue d’or: on en a depuis remis une autre, et j’en ai vu la cicatrice. »
La vénération des Siamois pour les éléphants blancs ne parait pas être moindre aujourd’hui qu’au dix-septième siècle ; on leur rend les mêmes honneurs. « Chacun de ces éléphants, dit un voyageur moderne, a une étable séparée et dix gardiens pour domestiques. Les défenses des mâles sont garnies de clochettes d’or; une chaîne à mailles d’or leur couvre aussi le sommet de la tête, et un petit coussin de velours brodé est fixé sur leur dos. Ils portent tous le titre de rois, et on les distingue entre eux par des surnoms qu'ils doivent à leur beauté, à leur taille, ou à certains traits de leur caractère. »

 

 

Photo de la semaine 11 de l'année 2013

 
Le même en espagnol :
Elefante de sangre en graf
Le même en anglais :
Elephant of blood in graf
Parcourir les sujets du trimestre en cours

 

 

 

Cette vue du collage d'un graf d'éléphant,
peut être agrandie dans ce cadre jusqu'à 70% de sa taille réelle de prise de vue,
en utilisant la fonction zoom

 

 

 


 

Éclaboussures rouge sang - © Norbert Pousseur

... et en éclaboussure rouge, ce que serait le sang répandu ...      Photographie Norbert Pousseur
Riga - 2013 - Num 21 Mpx - 5d2d2_3558


Le rat et l'éléphant

Illustration de la fable - Le rat et l'éléphant - reproduction par  © Norbert Pousseur
Le Rat et l'Éléphant, fable - Dessin par Oudry
La Magasin pittoresque - 1886


Un Rat des plus petits voyait un Éléphant
Des plus gros, et raillait le marcher un peu lent
De la bête de haut parage,
Qui marchait à gros équipage.
Sur l’animal à triple étage,
Une sultane de renom,
Son chien, son chat et sa guenon,
Son perroquet, sa vieille, et toute sa maison,
S’en allait en pèlerinage.
Le Rat s'étonnait que les gens
Fussent touchés de voir celte pesante masse :
« Comme si d’occuper ou plus ou moins de place
Nous rendait, disait-il, plus ou moins importants !
Mais qu’admirez-vous tant en lui, vous autres hommes ?
Serait-ce ce grand corps qui fait peur aux enfants?
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes,
D’un grain moins que les Éléphants. »

Il en aurait dit davantage,
Mais le Chat, sortant de sa cage,
Lui fit voir, en moins d’un instant,
Qu’un Rat n’est pas un Éléphant.


Saint-Marc Girardin a dit, à propos de cette fable, que « les Eléphants, quoique grands, ne doivent pas être orgueilleux, et que les Rats, quoique petits, ne doivent être ni envieux, ni insolents. » L’idée de cette fable paraît être venue à La Fontaine de celle où Phèdre raconte comment un Ane, ayant voulu railler un Sanglier, se hâta de prendre la fuite dès que la redoutable bête eut fait mine de s’élancer vers lui.



 
Le même en espagnol : Elefante de sangre en graf Le même en anglais : Elephant of blood in graf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série précédente :
Roses pour une fête de la St Valentin
Haut de page
Vers la présentation des photographies hebdomadaires
Haut de page Série suivante :
Modeste fleur de Muscari à grappe

 

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail