> Pavane pour un Monde qui s'auto-détruit

Accueil Présentation Collections 900 photos Photos hebdo Lieux Personnages

 

Mini-série photographique

Pavane pour  un Monde qui s'auto-détruit


Main se déchirtant sur un mur -  © Norbert Pousseur
Paris - 2017 - Num 50Mpx - 5dsr_02946
Semblable au désespoir, cette main qui s’agrippe, déchire, et se déchire sur un mur.
Telles toutes les désespérance des humains jetés sur les routes,
par la guerre, par la famine, par les violences et les insécurités de toutes sortes.

 

Série précédente : Représentation de la Femme à travers la statuaire Autres photos ci-dessous
Vers la présentation des photographies hebdomadaires
Autres photos ci-dessous  

 

Pavane pour  un Monde qui s'auto-détruit

La pavane est une danse de cour lente du XVIe siècle, dansée près du sol par des trios disposés en cortège (Wikipedia). 

Nous savons tous que le Monde tel que nous le vivons actuellement est en train de disparaître. Montées des idéologies religieuses destructrices, évènements et guerres climatiques en devenir (eau, désertification), affrontements divers des grandes et moyennes puissances ...

Et nous avons devant les yeux cet environnement technologique qui vous permet de lire ces lignes, qui cependant use près de 10% de l'énergie électrique mondiale,   et qui peut du jour au lendemain disparaître à travers de diverses catastrophes (guerres électroniques ou réelles...)       

Alors, en tant qu'imageur, je vous propose une lente danse d'image telle une Pavane pour une infante défunte (que pourrait être notre Terre, bien que pas encore défunte ! ).

 



Visage de pierre au regard halluciné -  © Norbert Pousseur
Argovie - Suisse - 2019 - Num 50Mpx - 5dsr_11870
Regard halluciné de ce visage défait d'époque passée,
tel un regard à travers les siècles, sur notre Monde actuel





De l'Homme ne reste qu'une silhouette -  © Norbert Pousseur
Paris- 2016 - Num 50Mpx- 5dsr_01281
Ne restera-t-il que cela après nous ?  Juste une silhouette 



Les écrits s'effacent et sont détruits -  © Norbert Pousseur
Paris - 2017 - Num 50Mpx- 5dsr_02533
Et sur le sol, jetées, déchirées, nos paroles et déclarations les plus véhémentes !



Traces de grafs -  © Norbert Pousseur
Var - 2016 - Num 50Mpx - 5dsr_00238
Ou encore juste quelques ruines avec en souvenir quelques traces écrites



Souris rouges et crottes en semi-vie -  © Norbert Pousseur
Draguignan - 2016 - Num 50Mpx - 5dsr_00254b
Sur le sol, juste des traces de vie réelle et artificielle 





Tuyeau tordu sans utilité -  © Norbert Pousseur
Draguignan - 2021 - Num 50Mpx - 5dsr_16450
Rien à recevoir, et donc rien à donner



Poutre de toit effondré -  © Norbert Pousseur
Draguignan - 2018 - Num 50Mpx - 5dsr_09422
Et pour toit qu'une poutre pourrie envahie par le lierre  .


Incendie nocturne à l'horizon -  © Norbert Pousseur
Draguignan - 2021 - Num 50Mpx - 5dsr_15759
Tandis qu'à l'horizon nocturne, les incendies ronge la forêt


Feuille irradiéer -  © Norbert Pousseur
Draguignan - 2019 - Num 50Mpx - 5dsr_10494f
Ne resterait qu’une nature qui essaie de subsister sous le soleil flamboyant 


Univers au ciel poir -  © Norbert Pousseur
Draguignan - 2016 - Num 50Mpx - 5dsr_00726-n
Et notre ciel deviendrait noir, tourmenté, inhumain  




Série précédente : Représentation de la Femme à travers la statuaire Haut de page
Vers la présentation des photographies hebdomadaires
Haut de page  

PA V A N E. substantif féminin. Danse grave venue d’Espagne, où les danseurs font la roue l’un devant l’autre, comme les paons font avec leur queue, d'où lui est venu ce nom. C’était autrefois une danse sérieuse que les Gentilshommes dansaient avec la cape et l’épée ; les gens de Justice avec leurs longues robes ; les Princes avec leurs grands manteaux ; et les Dames avec les queues de leurs robes abaissées et traînantes.
On l’appelait le grand bal, parce que c’était une danse majestueuse et modeste. Il s’y fait plusieurs assiettes de pieds, passades et fleurets, et des découpements de pieds, pour en modérer la gravité, dont la tablature est décrite dans Thoinot Arbeau en son Orchésographies. Elle est suivie ordinairement de la gaillarde. Ce mot est commun aux Langues italienne, espagnole et française.

 

Pavaner, se dit qu’avec le pronom personnel. Marcher gravement et superbement. Les Garçons se pavanent, quand ils font vêtus de neuf.

 

in dictionnaire Le Furetière - 17ème siècle

 

 

 

 

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail