Accueil Présentation Collections 900 photos Photos hebdo Lieux Personnages

 

Mini-série photographique de la dernière semaine d'octobre 2013

L'arbre aux fraises : l'arbousier et ses arbouses

 


Arbouse et fleurs d'arbousier - © Norbert Pousseur

... toujours étonnant de voir cohabiter ainsi fruits d'arbouse et ses fleurs ...       Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2012 - Num 21 Mpx - 5d2d2_1790

Série précédente : Fillette au bassin d'angelots aux poissons Autres photos ci-dessous
Vers la présentation des photographies hebdomadaires
Autres photos en bas Série suivante :
Nus et égaux dans la mort

 

A partir de fin octobre, les collines de végétation sauvage de Provence s'illuminent des couleurs rouge et orange des arbouses.

 

L'arbouse n'est pas le meilleur des fruits - faiblement sucré et fade, avec plein de petites granules dures (le revêtement extérieur du fruit). Mais c'est surtout un plaisir pour les yeux, et malgré tout il n'est pas désagréable, après quelques heures de marche, de choisir une arbouse bien mûre, rouge brique, et de la suçoter et de recracher librement dans les fourrés, ces petites granules qui peuvent aussi être avalées sans grande gêne.
L'arbouse de Provence n'est pas comme elle est ci-dessous décrite, âpre au goût ni très sucrée.

 

 

Article sur l'arbousier, tiré du dictionnaire d'Histoire naturelle de Guérin de 1883

ARBOUSIER, Arbutus, L. (bot. phan. ) Des arbustes, dont quelques uns s’élèvent à la hauteur des arbres constituent ce genre de la famille des Bruyères, qui appartient à la Décandrie monogynie de la nomenclature linnéenne. On en connaît une vingtaine d’espèces ; la plus intéressante sous tous les rapports, c’est
L’Arbousier commun ou des Pyrénées, A. Unedo, L., Ce bel arbrisseau, qui monte depuis deux et quatre mètres et demi jusqu’à sept à dix, croît spontanément dans nos forêts du midi, en Italie, en Espagne et particulièrement sur les dunes et la mer de sables qui s’étend de l’embouchure de la Gironde aux pieds des Pyrénées. Son tronc se divise en rameaux irréguliers, nombreux, d’un beau rouge, et forme des taillis du plus bel aspect, surtout lorsqu’ils sont chargés de fleurs et de fruits. II est impossible d’en voir des massifs plus élégants que sur le cratère éteint de Valcrose, près de Murviel, département de l’Hérault. Le beau feuillage dont l'Arbousier est orné persiste l’hiver, il est alterne, ovale-oblong, denté; d’un vert brillant, sur lequel tranche agréablement le pétiole, qui est rouge. En septembre, puis en février, il est couvert de fleurs blanches ou roses, simples ou doubles, suivant la variété, disposées en grelots et en grappes pendantes axillaires ou terminales. Le fruit qui leur succède est semblable à la fraise de nos jardins, d’où l’Arbousier a reçu le nom vulgaire d'Arbre aux fraises et Fraisier en arbre. Il est très-sucré, d’une couleur rouge vif à l’époque de sa maturité, c'est-à-dire à l’entrée de l’hiver. Les oiseaux le dévorent; quelques personnes en mangent, quoique son goût âpre et son astringence aient été cause du nom spécifique Unedo que porte l’Arbousier, et qui, abrégé de anum edo signifie j’en mange assez d’un. Quoi qu’il en soit, on retire de Sa pulpe jaune, mucilagineuse, un sucre liquide prêt à se cristalliser, et de l’alcool de seize à vingt degrés. Il est essentiel de n’opérer que sur les fruits d’une parfaite maturité ; on recueille d’abord ceux tombés par l’effet du vent ou par suite de légères secousses de la main; puis ceux qui cèdent sans efforts au simple toucher, et après les avoir pressés dans des sacs sous l’action de la meule, on les traite comme le moût du raisin dont on veut obtenir du sucre. L’eau-de-vie d’Arbouse, comme celle du raisin, est le produit de la fermentation spiritueuse et de la distillation. Cette double découverte date de l’année 1807, et appartient à l’Espagnol Juan Armesto. L’Arbousier se multiplie de graines semées en temps sec, au mois de mars, et de marcottes. Cultivé sous le climat de Paris, il demande à être couvert de litière pendant l’hiver; durant les grands froids, il faut quelquefois le rentrer dans l’orangerie. On en possède une variété panachée.

Trois autres espèces méritent de trouver ici une mention,
L’Andrachné ou Arbousier à panicules A. andrachne, L. originaire du mont Ida de l'Anatolie et des îles de la Grèce, subsiste très-bien en pleine terre dans le midi de la France; mais plus haut il est sujet à périr de froid. C’est un arbrisseau faisant naturellement pyramide; son écorce lisse, d’un rouge brun, tombe chaque, année au plus fort des chaleurs; ses feuilles son plus larges, plus luisantes que celles du précédent; ses fleurs, constamment blanches, et en panicules, s’épanouissent en mars. Sa culture est difficile, je devrais dire très-exigeante.
L’Arbousier des Alpes, A, alpina, est, avec la fonce arctique, le dernier arbuste à fruits comestibles, que l’on rencontre sur les plus hautes montagnes de l’Europe. Sa tige rampante est garnie de feuilles oblongues, dentées, ridées, ciliées; ses baies noirâtres sont d’un goût agréable, et très précieuses pour les Lapons, les Samoyèdes, les Kouriles, et autres peuples du cercle polaire (connu plutot sous le terme : Arctostaphylos alpina).
L’Arbousier raisin d’ours, A. uva ursi, a bien, Comme la précédente espèce, la tige étalée sur le sol, et pour habitation les monts les plus élevés ; mais il en diffère d’abord par ses feuilles, assez voisines de celles du buis, ce qui le fait appeler quelquefois Busserole qui sont petites, éparses luisantes, et par ses baies d’un beau rouge, en grappes et peu agréables à manger; les ours en font leurs délices.

Les feuilles des diverses espèces d’Arbousiers contiennent une grande quantité de tanin et d’acide gallique ce qui les fait rechercher pour le tannage des cuirs. On leur donne aussi des propriétés médicales, surtout contre la gravelle; mais j’avoue qu’on peut en contester l’héroïsme.


 


Photo de la semaine 44 de l'année 2013

Présentation générale Le même en espagnol :
El madroño y sus madroños
Le même en anglais :
The strawberry tree and its arbutus berries
Parcourir les sujets du trimestre en cours

 

 

 

Utilisez la fonction zoom après avoir cllqué sur une des imagettes,
l'une d'un brance d'arbousier, et l'autre de scan d'arbouses à divers stades.

Fruit d'arbouse et en fleurs - © Norbert Pousseur Scan d'arbouses - © Norbert Pousseur - © Norbert Pousseur 

 

 

 

 

Arbouse rouge - © Norbert Pousseur

... rouge et granulée, une arbouse bien mûre ...      Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2004 - Num 6 Mpx - 10db_7480

 


 

Fleurs d'arbousier - © Norbert Pousseur

... fleurs d'arbouses comme des petits grelots blancs ...      Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2004 - Num 6 Mpx - 10db_7481

 


 

Arbouses orange - © Norbert Pousseur

... comme un fruit d'or, telle est l'arbouse peu mûre ...      Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2013 - Num 21 Mpx - 5d2e_1507

 


 

Arbousier en fruits - © Norbert Pousseur

... dans les collines, des arbousier comme des sapins de Noël ...      Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2013 - Num 21 Mpx - 5d2e_1513

 


 

Arbouses au sol - © Norbert Pousseur

... et sous les arbustes, un sol couvert de fruits ...      Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2004 - Num 6 Mpx - 10db_7488

 


 

Arbouses dans leur feuillage - © Norbert Pousseur

... comme un oiseau, venir finir de picorer ces arbouses sucrées ...      Photographie Norbert Pousseur
Provence - 2004 - Num 6 Mpx - 10db_7483

 

Présentation générale Le même en espagnol :
El madroño y sus madroños
Le même en anglais :
The strawberry tree and its arbutus berries

 

 

 

 

Série précédente : Fillette au bassin d'angelots aux poissons
Haut de page
Vers la présentation des photographies hebdomadaires
Haut de page Série suivante :
Nus et égaux dans la mort

 

 

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail